L'univers de Seed

La vie sur Da Vinci peut sembler bien complexe pour des observateurs extérieurs. En voici les fondements.

Une société idéale en perdition

Vous vivrez dans une société préfaçonnée. Tout ce dont la colonie a dû partir venait de la base de données centrale, qui avait été conçue longtemps auparavant sur la Terre. Là-bas, des scientifiques, des artistes, des philosophes et des politiciens s'étaient mêlés de savoir ce qu'il fallait entrer dans cette base de donnée. Ce fut une véritable bataille de chiffonniers, dont la science sortit vainqueur. La science, l'ambition et le simple bon sens. Ce choix final découlait d'une vision, un projet de société idéale dont certains aspects de l'histoire humaine, comme la guerre ou la religion, avaient été exclus.
Qui sait si ces dimensions ne sont pas enfouies au fond de la base de données, prêtes à ressurgir en cas de besoin ?

Quoi qu'il en soit, le projet est lancé. La société actuelle ressemble à une station scientifique expérimentale qui se serait agrandie sans vraiment franchir le pas de la normalisation. Ce n'est pas du tout ce qui était prévu : le protocole consistait d'abord dans la terraformation, et ensuite seulement dans la mise en place de bases nécessaires à une société. Mais depuis que TAU a prématurément déclenché des vies humaines, tout se fait à l'avenant. De nombreux systèmes vitaux ont été conçus à la va-vite, la démocratie est organisée de façon provisoire, les opérations de terraformation en cours sont des mesures improvisées, le système pénal repose sur un modèle académique censés résoudre des désaccords théoriques. Presque tout le monde s'accorde à dire qu'il faudrait installer tout cela sur des bases plus pérennes... Encore faudrait-il en avoir le temps.

La Mission

La Mission joue un rôle central dans la vie de la colonie. Mission avec un grand M. Tout le monde ici est sur Da Vinci pour une raison bien précise, et il est dur de s'en défaire, même dans la quiétude d'un bain chaud ou sous l'effet de calmants : vous devez vous installer durablement sur Da Vinci, en faire votre foyer, et à terme lancer votre propre seedship. C'est pour remplir la Mission que la plupart des colons travaillent si dur, qu'il n'est question que d'outils, de théorèmes ou de découvertes, et que la société n'a jamais pris le temps de faire une pour réfléchir à ce qui lui arrive.

Dès avant sa "naissance", le colon sait tout du projet de terraformation initial et de la manière dont les choses auraient dû se passer, tout de son rôle à jouer et de la manière de le jouer. Il a la tête pleine de théories, de projets et de spéculations en tous genres. Mais tout le monde reçoit le même choc une fois lâché dans la dure réalité de la vie en société. TAU, l'IA défectueuse, suit toujours le protocole normal, au désespoir de la colonie, et prépare toujours les gens à un monde qui n'aurait pas déraillé. Chacun fait face comme il peut, mais en général un vrai colon reprend ses esprits et se met au travail : nouveaux problèmes mais mêmes buts, il suffit de retoucher les projets !

L'ennemi intérieur

Les ingénieurs terriens ont conçu TAU pour qu'il insuffle aux colons l'envie de bien faire, de se faire reconnaître par son travail, de dépasser les limites. Cette ambition joue un rôle central dans les déboires de la colonie : la plupart des colons veulent passer outre les problèmes, faire progresser la Mission, que tout aille comme sur des roulettes, surmonter l'obstacle suivant, si possible de leur vivant... Mais le chemin ne cesse de s'allonger, et les problèmes s'accumulent. Parfois, il semble plus simple de profiter d'un moment de gloire ou de luxe sur le coup. Il y a aussi tous ceux qui ne supportent plus cette pression constante, ou qui ont tout simplement arrêté de s'en préoccuper.

Ils sont nombreux à rêver de faire partie du groupe de travail qui remettra sur pied le projet de terraformation initial, qui remettra en place la société, qui remettra en route les appareils. Ils sont nombreux à vouloir se faire une place au soleil, être quelqu'un d'important, être celui qu'on vient chercher en cas de problème. Mais l'ambition  gêne souvent la coopération et la communication, et il est dur de briller parmi une foule de personnes aussi compétentes, expérimentées et ambitieuses que soi. A moins de recourir à des méthodes moins louables...

Garder les pieds sur terre

La colonie est prise en tenaille par le climat hostile de l'extérieur d'une part, et le siège silencieux et souvent invisible des microbes à l'intérieur d'autre part. Chacun sait qu'il peut s'avérer crucial de faire les bons gestes quand les alarmes se déclenchent, ou que quelqu'un se met à cracher du sang. Si vous vous retrouvez avec un problème sur les bras, vous feriez mieux d'avoir la bonne solution ou de l'improviser. Beaucoup de colons tendent à penser sur le mode de l'Ici et Maintenant, afin de se concentrer sur les problèmes qui peuvent être réglés rapidement pour pouvoir s'occuper directement des crises encore à venir lorsqu'elles surviendront. Les décisions prises en catastrophe deviennent des solutions de long terme, ce qui ajoute encore à la pléthore de bugs, d'accidents et de pannes qui gangrènent les appareils de bord de la colonie.

Qui fait quoi ?

Les professions traditionnelles n'existent pas dans la société des colons. Pas de technicien, de scientifique ou d'ouvrier. Cela peut sembler problématique, mais par rapport aux Terriens normaux, les colons sont presque illimités. Chaque cellule, chaque processus biologique de leur corps a été configuré pour une efficience optimale. Ils ont accès à des technologies extrêmement sophistiquées et à des équipements d'apprentissage. Ils sont tous "nés" avec l'équivalent de plusieurs diplômes universitaires en tête, et encore, ça n'est qu'à leurs débuts. Tout le monde peut quasiment tout ce qu'il veut, pour peu qu'ils y passent le temps approprié. Vous voulez tout savoir de la fusion ? Il n'y a qu'à l'apprendre. Vous voulez connaître la nano-chirurgie cérébrale ? Il n'y a qu'à l'apprendre.

Pour autant, tout le monde ne fait pas tout. C'est souvent le manque de temps qui fait la différence, plus que le manque de compétences. Les gens ont tendance à se spécialiser dans ce qu'ils aiment faire, par exemple faire face à des effondrements à grande échelle, ou traquer de virulents virus, ou encore servir de médiateur lorsque les esprits s'échauffent. On peut obtenir une attestation officielle dans certaines zones, afin que les gens puissent trouver facilement un expert en cas de besoin. Cela n'empêche pas chacun d'avoir le bagage suffisant pour tout faire, de la simple maintenance à la prévention des risques d'accident, en passant par les premiers soins. Une société divisée entre penseurs et travailleurs n'aurait aucune chance sur Da Vinci.

Entre deux mondes

Il peut parfois être difficile de savoir qu'on a été conçu pour remplir une mission. Si la plupart des colons voient en la Terre l'endroit dont tout est parti, ils sont de plus en plus nombreux à minorer, voire à rejeter, l'importance de cette planète dans le futur de la colonie.

Presque personne sur Da Vinci ne se considère même comme un «colon». Après tout, tout le monde est né ici. Personne n'a jamais vu la terre, à part sur des extraits vidéos de la base de données. La Terre c'est un concept abstrait, un conte de fées, un donné historique. Le berceau de l'humanité est loin derrière, et vous vous habitez ici. Non que l'on se sente le bienvenu sur cette planète de plus en plus hostile, mais c'est quand même votre planète, et quasiment tout le monde s'y sent chez soi.

Une vie de village

Vivre dans la tour, c'est un peu comme vivre dans un petit village, rétréci par l'environnement gigantesque et les télécommunications. Bien que la tour fasse 3km de haut, il est pratiquement impossible de s'isoler. Pas de Terra Incognita, pas de village voisin où s'exiler quand les choses tournent mal. Si vous créez des problèmes, il faudra l'assumer

Le fait d'être en permanence plongé dans les bases de données signifie aussi que personne n'est vraiment un étranger. Bien que vous ne rencontrerez sûrement pas les 400.000 personnes qui partagent votre air recyclé, vous pourrez toujours les trouver dans la base de données. Si un parfait inconnu vous arrête pour vous demander une faveur, vous pourrez toujours le retrouver sur le réseau local. Cela signifie que les réseaux d'entraide viennent naturellement aux colons. Cela paye toujours de donner un coup de main à quelqu'un : vous pourriez en avoir besoin à votre tour parla suite, et ce n'est pas comme si ce quelqu'un allait quitter la ville.

La nature en pot

Tant que le colonie est encore en développement, la nature a été suspendue par bien des aspects. La colonie pourra choisir de la restaurer, vraisemblablement quand il y aura de la place et la possibilité de le faire. Néanmoins, ce jour semble de plus en plus éloigné, et certains commencent à défendre une remise en route plus rapide.

Cette suspension des processus naturels signifient que les colons ne boivent, ne mangent ni ne dorment comme le font les Terriens. Quand la toxicité s'élève à un niveau gênant dans son corps, ou qu'une vraie alimentation lui devient nécessaire, le colon rejoint son floatbed pour être rechargé physiquement et mentalement. Il n'y a pas de cycle de sommeil coordonné, ce qui donne à la tour cette impression d'activité incessante à toute heure du jour et de la nuit.

Il n'y a pas d'enfant ni de famille au sens terrien dans la colonie. Les fonctions de reproduction ont été mises en sommeil, ainsi que le système digestif. Les nouveaux colons sont soumis à une croissance et une éducation accélérées dans leurs floatbeds, qui permettent de produire un jeune adulte aux compétences et au savoir impressionnants en 2 ans à peine. En ce qui concerne la vie de famille, la plupart des colons ressentent le besoin d'une unité sociale de base, et rejoignent un cercle. Les cercles sont des lieux de soutien, de partage intellectuel, et permettent de se sentir mieux intégré dans cette immense société indifférenciée.

Il n'y a pas non plus de personnes âgées. La plupart des colons semblent arrêtés quelque part entre 18 et 45 ans. Cela est dû aux traitements fournis par les floatbeds, qui combattent les dommages du temps.
Les humains ne sont vivants et éveillés sur Da Vinci que depuis 120 ans, et les principales causes de décès restent les maladies foudroyantes et les accidents.

Il y a encore des sexes dans la société, et de nombreux aspects physiques. Bien qu'un changement physique radical ait été à l'étude, les ingénieurs terriens ont tenu à conserver la diversité des apparences humaines. Une minorité de colons remettent en cause cette décision et cherchent à  introduire des changements fondamentaux dans le génome humain afin de mieux s'adapter à Da Vinci.

Chacun est libre

La colonie est peu hiérarchisée, et les positions dominantes sont très aléatoires. Les administrateurs dirigent la production et une grande partie des échanges commerciaux, mais un groupe déterminé a de bonnes chances de monter les échelons et de prendre leur place. Le vrai pouvoir se trouve dans le népotisme, dans les réseaux d'entraide, dans les accointances personnelles et l'influence individuelle. Il n'existe aucun organe centralisé, aucune réunion officielle, aucune procédure académique... Par contre, il existe de nombreuses règles implicites, de nombreuses traditions locales et des sensibilités populaires qu'il vaut mieux ne pas contrarier.

Cette démocratie anarchique et parfois chaotique suppose qu'il n'y a pas d'autorité pour prendre automatiquement les choses en charge. TAU construit et entretient des systèmes vitaux, mais tout le reste repose sur les colons. Si personne ne s'en occupe, rien ne sera fait, et les discours n'y changeront rien. Les pétitions sont considérées comme inutiles - si vous voulez que quelque chose soit fait, allez voir les personnes appropriées et débrouillez-vous pour les mettre au travail.

Les colons ont l'habitude de prendre des initiatives personnelles et de prendre sur eux. Si quelque chose ne vous va pas, trouvez un peu de soutien et changez-le. Si vous tombez malade, trouvez quelqu'un qui vous aidera à trouver un remède. Si vous voulez un équipement de meilleure qualité, fabriquez-le vous-même, ou trouvez quelqu'un qui vous le fabriquera. Si le déflecteur extérieur de votre compartiment se fissure, vous avez intérêt à agir avant qu'un accident ne survienne.

Loisirs & repos

Le colon ordinaire travaille comme s'il n'y avait pas de lendemain, mais de temps en temps il prend un moment pour se détendre et évacuer un peu le stress. Les promenades dans le jardin local, les grasses matinées ou les patchs de drogue, par exemple, sont des choix populaires. Mais les loisirs les plus appréciés restent les bains de vapeurs. Imaginez-vous en train de suer dans une agréable eau chaude, tandis que des vapeurs  mêlées de drogues vous font planer loin au-dessus des pires journées possibles. Ces drogues jouent un rôle croissant dans les loisirs des colons, au point que certains s'en inquiètent. Mais quand vous êtes pris par le temps, cela reste une solution pratique.

Loi & délinquance

Même dans les sociétés libertaires sans autorité institutionnelle, il y a des limites, et des gens qui les franchissent. La délinquance sur Da Vinci prend surtout la forme de la désinvolture, du cynisme et d'un trop-plein d'ambition - bien qu'il y ait aussi quelquefois des meurtres . Quand vous voulez qu'un projet réussisse, vous pouvez être très souple quant aux méthodes employées : si vous avez vraiment besoin de ces hardpoints pour votre production, un peu de sabotage ou de chantage pourrait vous débarrasser de vos opposants...

Comme il n'y a pas de police, il est de la responsabilité de chacun de repérer et de sanctionner la délinquance. Tout est réglé par un système de réclamations, dans lequel un groupe de jurés anonymes et sélectionné aléatoirement décident des suites à donner ou non à une accusation. Les peines classiques consistent plus à arrêter, réparer ou prévenir les dégâts qu'à se venger du coupable.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Seed (2006) ?

9 aiment, 5 pas.
Note moyenne : (14 évaluations | 0 critique)
5,0 / 10 - Moyen